Accueil Non classé Et si les vins de l’Yonne n’étaient bientôt plus en Bourgogne ?

Et si les vins de l’Yonne n’étaient bientôt plus en Bourgogne ?

0
0
10
Lundi 11 novembre 2019 à 5:07 -
Par France Bleu Auxerre          https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/et-si-les-vins-de-l-yonne-n-etait-bientot-plus-en-bourgogne-1573226892
L’institut national de l’origine et de la qualité (Inao) envisage de remettre à plat les critères qui permettent à un vin d’obtenir l’AOC Bourgogne. Dans ce grand chamboulement, certains vins de l’Yonne pourraient perdre leur appellation, au profit des vins du Beaujolais.
Et si les vins du Beaujolais prenaient la place des vins de l’Yonne dans l’appellation Bourgogne ? C’est en partie le projet de l’Institut national de l’origine et de la qualité. En effet l’Inao envisage de mettre à jour les critères permettant à un vin de se prévaloir de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) Bourgogne. De nombreux vignobles seraient menacés dans l’Yonne. En cause : une trentaine de communes du Beaujolais qui veulent entrer dans l’appellation Bourgogne.

Coup de tonnerre dans l’Yonne

A l’origine de ce dossier, il y a cette volonté d’une trentaine de communes du Beaujolais de pouvoir obtenir l’AOC Bourgogne. Comment expliquer cette démarche ? « Depuis quelques années le Beaujolais ne se porte pas très bien, répond Bruno Verret, le président du syndicat des vins de Bourgogne, et ces viticulteurs ont vu dans la possibilité de produire des Bourgognes une opportunité forte de revaloriser leur vignoble« .  Le problème est que pour permettre à ces communes du Beaujolais d’obtenir l’appellation Bourgogne, l’Inao doit redéfinir la zone d’appellation Bourgogne en s’appuyant sur des critères bien précis. L’Inao va étudier la géologie, le climat ou l’histoire des vignobles. Et cette remise à plat pourrait faire des dégâts. Si l’on prend l’exemple de la géologie, les communes qui sont sur des terrains en granit auront du mal à garder leur appellation Bourgogne, contrairement aux terrains argilo-calcaires. Autre critère : l’âge des vignobles. Plus ils sont récents, plus ils auront des difficultés à conserver leur appellation. En l’occurrence, sont concernées certaines communes du Tonnerois, du Jovinien, de l’Auxerrois ou du Vézelien. Par ailleurs, dans le Chablisien, si un vigneron décide avec ses vignes de produire du Bourgogne, il ne pourrait plus se prévaloir de l’AOC, mais il serait obligé de se replier vers l’appellation Coteaux Bourguignons, forcément moins prestigieuse. Bref, « personne n’est à l’abri« , avertit le syndicat des vins de Bourgogne qui demande actuellement aux 400 communes concernées dans l’Yonne de leur fournir des données et des archives. Une manière de justifier auprès de l’Inao qu’elles font bel et bien du vin AOC Bourgogne.

Les craintes des viticulteurs

Le syndicat des vins de Bourgogne craint tout d’abord qu’il y ait une sorte « d’anarchie dans les plantations« , avec des producteurs en Beaujolais qui planteraient de manière désordonnée. « On risque de décaler l’appellation vers le sud« , prévient également Bruno Verret avant de poursuivre : « Si l’on prend l’appellation Bourgogne Blanc, il y a actuellement près de 1.300 hectares plantés. A terme, le Beaujolais pourrait en avoir autant. L’image de l’appellation ne serait plus du tout la même. Et le marché pourrait très bien ne pas suivre. Enfin, pour les communes qui perdrait leur appellation Bourgogne, il y aurait des catastrophes économiques pour tout le monde.«  Un premier rapport d’enquête de l’Inao sera rendu en janvier. Mais les tractations sont parties pour durer plusieurs années.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par ludovin
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Vins : comprendre une étiquette

https://www.lepoint.fr/carrefour-foire-aux-vins/vins-comprendre-une-etiquette-04-03-2019-2…